21.7.17

Il fallait rejoindre les masses, mais autour de nous le sommeil…

            Dans l’hiver doctrinaire, les ersatz poitrinaires, les dogmes nés d’hier, la bêtise ferroviaire, des abrutis de tout poil, à présent poussière d’étoile, retentissait la voix du poète, sérieusement trouble-fête, nous rappelant à l’ordre, nous rappelant de mordre, pour l’honneur de la mélodie, vers l’imputrescible cœur de la mélancolie.
            (Vers traduits du russe par TM).
Photo S. Locquet


            Sur un sac de voyage, dans une arcade noire
            Le saxophoniste a soufflé toute la nuit
            Sur un banc du parc le clochard
            Sur des feuilles de journaux étalées a dormi.

            Je deviendrai musicien moi aussi
            Et je jouerai, si je ne meurs pas avant,
            En chemise blanche, nœud papillon noir uni
            Des nuits entières dans le vent.

            Pour que l’ivrogne dorme souriant
            Sous le ciel, ayant bu jusqu’aux tréfonds —
            Dors, il n’y a pour toi rien d’inquiétant,
            Il n’y a que la musique au fond.
            Boris Ryjii, 1997

            Над саквояжем в черной ярке
            Всю ночь трубил саксофонист.
            Бродяга на скамейке в парке
            Спал, постелив газетный лист.

            Я тоже стану музыкантом
            И буду, если не умру,
            В рубашке белой, с черным бантом
            Играть ночами на ветру.

            Чтоб, улыбаясь, спал пропойца
            Под небом, выпитым до дна, –
            Спи, ни о чём не беспокойся,
            Есть только музыка одна.

            Борис Рыжий 1997.

2.7.17

Tchoudakov et Baudelaire, unis par le vin

        
кристал замёрзшего вина 
с густым сиянием лиловым
Россия в нём отражена
чудовищем мильонголовым 

не нахожу что образ свеж
как в отделении смирительном
один творительный падеж
с другим увязанный творительным 

по логике см. и цит.
есть колонцифер и апостроф 
вмерзает в озеро Коцит
бутылок нераспитый остров   

и там где белой вьюги тьма
едва ли смогут иностранцы
заледенеть в последнем трансе
застыть в сошествии с ума 

вино застывшее горит
в нём славно грешникам вариться
всё это местный колорит
колёр локаль как говорится
Сергей Чудаков.

         (Vers traduits par TM)

Cristal d'un vin congelé
Éclat lilas à forte densité
En lui la Russie se reflète
Hydre à un million de têtes

Je ne trouve pas que l’image soit d’une fraîcheur première
Comme au département des services pénitentiaires
Une déclinaison du cas de l’ablatif
Liée à une identique, pour quelque chose de créatif

Dans la logique de l’archétype
Nous avons apostrophe et folio
Le lac de Cocytus[1] gèle et agrippe
De bouteilles pas finies, un îlot

Et d’une blanche tempête, dans l’obscurité
À peine pourront les étrangers
Devenir de glace dans la dernière transe
Se figer en pleine démence

Le vin gelé a sa chaleur
En lui se cuisent les pécheurs
C’est une nuance de la région
Couleur locale[2], dit le dicton
Sergueï Tchoudakov




[1] En réalité une rivière de la mythologie grecque, semblable au Styx, menant aux enfers.

[2] Gallicisme employé par le poète, littéralement écrit phonétiquement en cyrillique, et qui donne le titre du recueil de ses œuvres.

30.6.17

La déontologie, c'est pour les ploucs.

         Après la débâcle au New York Times, il y avait plus gros encore. Un producteur-rédacteur de CNN en train de se déboutonner et d’étaler son cynisme, son mépris de la vérité et de la déontologie. Piégé par un journaliste (O'Keefe l'homme du Project Veritas) écœuré par les pratiques dominantes. On attend en vain une telle réaction de ce côté-ci de l'Atlantique, où les médias caniches reproduisent mot pour mot les ukases du Grand Frère. Les lecteurs anglophones et même les autres devraient lire l’article en v.o. et regarder en direct cette vidéo très révélatrice, au lien ci-dessous :
(Traduit de l’américain par TM)
         Un producteur de CNN filmé en train de reconnaître que les médias ont lancé une « chasse aux sorcières » contre Trump
John Bonifield, producteur à CNN


         Atlanta, Géorgie, 29 juin —Un producteur de CNN a reconnu dans une vidéo filmée en douce que la chaîne câblée avait produit de fausses informations contre le président Trump ces cinq derniers mois.
         La vidéo diffusée par ProjectVeritas montre le producteur général John Bonifield en train  d’admettre que les histoires sur la collusion entre l’administration Trump  et la Russie ne sont fondées sur aucune preuve concrète. Bonifield travaille sur CNN comme journaliste et producteur depuis quinze ans.
         Comme l’a raconté TMZ : « Bonifield dit que CNN n’a aucun élément mais sa couverture non-stop de cette affaire (Russie) sert à attirer les spectateurs… On a couvert à mort pour l’AUDIMAT. »
         Produite et commentée par James O’Keefe, le fondateur de Project Veritas, la vidéo indique que CNN prend des décisions au sujet de l’actualité destinée à conforter leurs spectateurs de la gauche modérée. « Notre but est d’exposer les motivations sous-jacentes dans le processus de décision des médias dominants », dit-il.
         Un journaliste de Project Veritas a rendu visite à Bonifield et filmé leur conversation sur les préjugés et la corruption des médias grand public.
         O’Keefe a expliqué que Bonifield a involontairement « ouvert une lucarne sur les parti-pris de la rédaction et l’ordre du jour anti-Trump de CNN ».
         « Une affaire a monopolisé l’écran depuis l’arrivée de Trump au pouvoir, en particulier sur CNN : la Russie », a raconté O’Keefe. Il a noté que dans les cinq derniers mois CNN a fait mention de la Russie en émission 15,694 fois.
         À la question de savoir pourquoi CNN fait une couverture aussi importante de la supposée interférence russe dans les élections de l’année dernière et tente de mouiller Trump, Bonifield a répondu,  « parce que c’est de l’audience ».
         Bonifield a admis que toute l’affaire pourrait être de la « m…de » « C’est essentiellement de la m…de pour l’instant, parce qu’on n’a aucune grosse preuve éclatante ».
         « Mais après on dira, l’enquête est encore en cours, mais s’ils avaient trouvé quelque chose, on le saurait » a conclu Bonifield.
         Il a dit que CNN n’avait aucune preuve « mais ils veulent continuer à creuser ». Puis le producteur est allé jusqu’à dire que l’affirmation de Trump selon laquelle CNN s’est lancé dans une « chasse aux sorcières aveugle » contre lui est juste.
         (…)
         « Bonifield aime l’affaire russe non parce qu’elle est vraie mais parce que ses spectateurs veulent qu’elle le soit » accuse O’Keefe « Ils fournissent une histoire bidon à leur auditoire pour faire de l’AUDIMAT »
         « L’affaire Russie-Trump a rapporté des millions à CNN » explique O’Keefe. Il a aussi révélé qu’une journée après le retrait américain des Accords de Paris — probablement la plus grosse actualité de l’année en cours — Le PDG de CNN Jeff Zucker a annoncé dans une réunion interne : « On repart sur la Russie ».
         Le producteur de CNN a poursuivi en expliquant que la façon dont le géant de l’actualité planétaire décide de la couverture à donner à tel ou tel événement n’est pas fondé sur des faits ou leur importance, mais sur la popularité et l’audience. « C’est un marché. Les gens croient que les médias ont une déontologie (Bonifield a littéralement pouffé), toutes ces petites règles éthiques si mignonnes dont on vous parle dans les études de journalisme, on se dit : C’est adorable. Mais l'actualité, c’est un marché. »
         Même s’il n’y a aucune preuve solide pour établir que le président a commis un crime, Bonifield a défendu les décisions fondées sur des motivations financières de son employeur. « Ils font ce qu’il faut faire pour gagner de l’argent. »
         Le producteur-journaliste vétéran a admis également que CNN a constamment attaqué le président Trump alors qu’ils avaient une politique entièrement différente vis-à-vis d’Obama, auxquels ils ne touchaient pas.
         Bonifield a remarqué que de nombreux « spectateurs libéraux de CNN veulent qu’on critique Trump, mais ne veulent pas voir Obama scruté de trop près. Je crois que si nous nous étions comportés de la même manière avec le président Obama et examiné tout ce qu’il faisait avec la même attention que nous avons appliqué à Trump, beaucoup de nos spectateurs se seraient détournés de nous. Il se seraient dit qu’on s’en prenait à lui (Obama). »
         Les chiffres d’audience de CNN « sont incroyables en ce moment » a dit Bonifield, parce qu’attaquer Trump, « c’est bon pour les affaires ».
         Bonifield a aussi relativisé le supposé hacking, relevant que même si l’histoire sur laquelle CNN n’a aucune preuve est vraie, l’État américain intervient dans des élections et les gouvernements du monde entier en permanence depuis la Seconde Guerre mondiale. « On essaie d’influencer leurs élections, a-t-il admis. Notre CIA fait ça tout le temps. On tente de manipuler leurs gouvernements. »
         La vidéo de Project Veritas conclut que « les Américains ne peuvent accorder aucune confiance aux médias grand public en raison de (la liste est longue) : leur cupidité, les pressions du marché, des gestionnaires sans intégrité, des rédacteurs en chef pusillanimes, des journalistes qui ne quittent jamais leurs bureaux ».
         (…)
         Le 22 juin, CNN a du démentir une affaire de ce genre liant Anthony Scaramucci aux investigations en cours sur le Russian Direct Investment Fund. Trois membres du personnel ont démissionné pour des reportages bidons et CNN a du s’excuser publiquement auprès de Scaramucci pour le scandale diffamatoire créé par les mensonges qu’ils avaient diffusé.
(…)
         Project Veritas a promis d’exposer bien plus encore sur « la machine médiatique détraquée et pourrie ».
         (…)